RADIO TV BUNTU

Ijwi ry'impfuvyi n'abapfakazi

Bienvenue sur la Radio TV Buntu, un médium qui diffuse des programmes qui inspirent les veuves, les veufs, les orphelins, les personnes âgées en leur montrant qu’il y a encore de l’espoir de vivre malgré les difficultés qu’ils traversent. La radio TV Buntu souscrit également à la promotion de l’autonomisation de la femme, favorise l’éducation de la jeune fille, informe et forme la population sur les thèmes d’autodéveloppement.

Stabulation permanente à Muhanga: les éleveurs y tirent des avantages

Par Anicet Kadende

Au départ, la mesure de la stabulation permanente a connu un débat houleux de la part des agri-éleveurs. Aujourd’hui, certains praticiens de Muhanga, en province Kayanza, témoignent avoir plutôt compris les différentes facettes positives de nourrir leur bétail dans les étables. Parmi ces facettes, il y a l’augmentation du fumier, la production laitière en grande quantité,…

Nous sommes sur la colline Kivuzo , zone Mubogora de la Commune Muhanga en province Kayanza. Diomède Hakizimana est un  agri-éleveur de cette localité.  Il a compris la nécessité de ne pas laisser le bétail paître sur les collines depuis l’an 2015. C’est justement longtemps avant la mise en place de la loi sur la stabulation permanente. «  Depuis l’an 2015, j’ai décidé moi-même de pratiquer la stabulation permanente car je  commençais à remarquer qu’il n’y avait pas  suffisamment  de prés pour tout le bétail des voisins », révèle Diomède Hakizimana.

Il souligne des avantages déjà tirés de cette pratique  combien utile et souple, selon lui, pour un agri-éleveur jusqu’au-boutiste.  Ce sont entre autres :  l’augmentation du fumier naturel, la disparition de certaines maladies bovines, la vigueur des bovins, l’augmentation de la production laitière mais aussi le gain de temps lui permettant de réaliser d’autres projets  familiaux au lieu de passer des journées entières à courir derrière le bétail de pré en pré, de colline en colline,…

L’agri-éleveur  de  Kivuzo revient aussi sur les conséquences de laisser circuler le bétail  sur les colles. Il rappelle  notamment les conflits entre les propriétaires d’animaux et la population  liés   à la  divagation de ce bétail dans des parcelles  ou plantations  d’autrui ou même dans les   périmètres  d’aménagement rural définis par l’administration ou les organismes concessionnaires.

Il ajoute également l’augmentation des maladies  qui attaquent le bétail  comme la dermatose nodulaire  chez les vaches, la perte d’une certaine quantité  du fumier, le manque de repos du bétail pour la bonne santé, la fatigue de  l’éleveur pendant le pâturage,   

 Pour la sécurité du bétail et la sécurité psychologique des éleveurs, Diomède Hakizimana   interpelle ces derniers  de garder leur trésor animalier dans des étables pour éviter toute éventualité de désagrément.

Gaspard Maheburwa

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
4 + 9 =