RADIO TV BUNTU

Ijwi ry'impfuvyi n'abapfakazi

Bienvenue sur la Radio TV Buntu, un médium qui diffuse des programmes qui inspirent les veuves, les veufs, les orphelins, les personnes âgées en leur montrant qu’il y a encore de l’espoir de vivre malgré les difficultés qu’ils traversent. La radio TV Buntu souscrit également à la promotion de l’autonomisation de la femme, favorise l’éducation de la jeune fille, informe et forme la population sur les thèmes d’autodéveloppement.

Incroyable, mais vrai.

Il est enseignant pendant les jours de classe et  aide-maçon pendant les vacances. Il, c’est Egide Manishimwe, enseignant à l’Ecofo Rusengo,  en Commune Gashikanwa de la province Ngozi. Ce jeune homme a surpris l’environnement social par sa détermination à exercer le métier que les « intellectuels » méprisent. Non seulement il s’impose en bon modèle, un miroir, mais également il a découvert une façon honnête de maximiser ses ressources financières.

 

MACON INT GOODCe métier a aidé plusieurs cadres d’aujourd’hui à poursuivre leurs études secondaires et les terminer en toute tranquillité. Cette vérité, bien de personnes l’ignorent. Cependant, Egide Manishimwe l’a comprise. Zéro complexe pour ce fonctionnaire d’Etat. Il est aide-maçon dans la ville de Ngozi, dans un quartier populaire où il peut être vu par tout passant y compris ses amis, ses élèves  et ses connaissances. Ce job que les autres fonctionnaires pourraient appeler « travail-des-non-instruits », Egide, lui, le trouve comme la plus grande opportunité du monde moderne, la ressource financière la plus honnête.

Joint en plein chantier à Rubuye , l’un des quartiers de la commune urbaine de Ngozi , dans un lieu communément appelé « Ku Ngoro », Egide a indiqué à la Radio TV Buntu : « Au lieu de m’asseoir à la maison pendant les  vacances, je préfère m’occuper de ce travail d’aide-maçon ».

Egide Manishimwe explique la raison profonde de sa souscription à ce boulot : « Au lendemain de la proclamation des résultats de fin d’année, je me suis retrouvé au lit  sans rien faire. Une idée de chercher une occupation m’est venue et j’ai décidé d’oser aller confier ma préoccupation à un chef de chantier en ville de Ngozi et me voici maintenant en pleines activités »

Sur le chantier, Egide n’est pas seul. Il est entouré de jeunes filles et femmes ainsi que des maçons. A la question de savoir s’il n’est pas complexé, il  répond : « Pas question de complexe. Je suis plutôt dans une très bonne ambiance surtout avec ces jeunes créatures ( filles)  qui m’encouragent beaucoup ».

Mais, certes, il doit rencontrer ses jeunes élèves soit pendant les travaux  sur le chantier soit après. L’un ou l’autre d’entre nous peut avoir cette inquiétude. Egide est direct à l’égard de celui ou celle qui se poserait cette question : «  Je n’ai pas honte de rencontrer mes élèves. Nous nous rencontrons aussi dans le cours de Travaux Pratiques Agricoles ( TPA).Ces travaux ne devraient pas se limiter aux jardins scolaires. Une personne maligne pourrait plutôt les étendre à sa propre vie privée»

Ses collègues se moquent de lui, d’après son témoignage, mais Egide n’a aucun souci. Il se moque plutôt d’eux parce que, selon lui, « ils n’ont pas encore compris le secret de la vie actuelle ».

Les gens doivent apprendre à  redoubler d’efforts pour travailler car, selon  Thomas Edison, l’inventeur scientifique et industriel américain, « Le génie est fait d’un dixième d’inspiration et de neuf dixième de transpiration »

 

admin

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
46 ⁄ 23 =